La branche supermarchés du groupe contrôlé par la famille Mulliez a décidé
d’harmoniser le nom de ses magasins en France, en Espagne, en Italie et en Pologne. Atac est appelé à disparaître dans l’Hexagone.

La meilleure défense, c’est l’attaque ! Et quand on s’appelle Atac, l’enseigne de supermarchés du groupe Auchan, la réponse à un lent déclin se
traduit, en français dans le texte, par… Simply Market. Face à la puissance de feu des Leclerc, Intermarché, Super U et autres Champion (appelé à
disparaître au profit de Carrefour Market), la plus petite, avec Match, des chaînes de supermarché françaises avait du mal à se positionner. Au point
de voir sa valeur d’entreprise baisser deux fois ces trois dernières années au grand dam des salariés, dont 79 % restent néanmoins actionnaires de la
société, à hauteur de 3 %. Résultat de trois ans d’études, réalisées uniquement en interne – le premier magasin français a
été créé en décembre 2005 -, et d’une transformation en profondeur de l’entreprise, insistent ses dirigeants, Simply Market se veut donc comme une
promesse de renouveau dans un contexte général de crise. « Notre appartenance à un groupe familial nous permet de continuer à investir dans un
esprit tranquille »,
a commenté hier Philippe Saudo, directeur général d’Auchan Super, en annonçant le déploiement de cette nouvelle
enseigne dans 4 des 5 pays européens où le groupe nordiste, contrôlé par la famille Mulliez, exploite des supermarchés, à savoir la France,
l’Espagne, l’Italie et la Pologne. Le cinquième, la Russie, conservera le nom actuellement sur les frontons de ses 20 supermarchés – dont 10 ouverts au second semestre
2008 -, à savoir Atak (avec un k), et prévoit d’en ouvrir une vingtaine cette année.

Des prix chocs

Au total, Auchan Super, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 6,8 milliards d’euros hors taxes en 2008 (soit 18 % des ventes du groupe Auchan), va investir 280 millions
d’euros. En France, 100 millions seront consacrés, pour moitié dans la transformation d’ici au mois de juin des 180 supermarchés propriétés du
groupe encore dénommés Atac (106 sont déjà sous la nouvelle enseigne), et pour moitié dans l’ouverture de 10 nouveaux magasins. L’objectif est
d’atteindre les 500 points de vente dans l’Hexagone d’ici à 2012. Même démarche en Espagne, en Italie et en Pologne où les enseignes Sabeco, Sma et Elea
sont appelées à disparaître.

Dans l’Hexagone, le repositionnement commercial basé sur des prix bas permanents – avec une offre de produits premiers prix (8 % du chiffre d’affaires et 14 % des volumes), 200
articles Simply Market, pour répondre à des besoins basiques, et la marque Auchan – permet à la nouvelle enseigne d’être 10 % moins cher en moyenne que
Atac. Avec des prix chocs, comme la baguette à 29 centimes d’euros ou la côte de porc à 79 centimes, et un approvisionnement en viande bovine exclusivement
d’origine charolaise, elle a enregistré une croissance de 13 % en volume en 2008, quand Atac a régressé d’un peu plus de 1 %. Malgré ces baisses de prix,
Auchan Super table sur une hausse de 5 % de son chiffre d’affaires en 2009 en France, et de 4,5 % au total (principalement à cause du fort ralentissement en Espagne), avec une
progression à deux chiffres de son résultat.

A. BO.