Paris, 25 Juin 2007 – Michel BARNIER, ministre de l’agriculture et de la pêche s’est rendu lundi 25 juin à Bruxelles à la rencontre des Commissaires européens
Mariann FISCHER-BOEL, chargé de l’agriculture et du développement rural, Joe BORG, chargé de la pêche et des affaires maritimes et Stavros DIMAS, chargé de
l’environnement, pour évoquer les principaux points d’actualité des dossiers agricoles et pêche.

Il a notamment abordé avec Mariann FISCHER-BOEL la préparation des grandes échéances qui attendent l’agriculture européenne : les négociations
commerciales multilatérales (OMC), la réforme de l’organisation commune de marché viti-vinicole et le bilan de santé de la Politique agricole commune.

A cette occasion le ministre de l’agriculture et de la pêche a indiqué sa volonté de promouvoir des orientations modernes et efficaces de l’agriculture française, la
première en Europe et, dans un certain nombre de secteurs, la plus compétitive. Secteur fortement exportateur, elle contribue à améliorer le solde de la balance
commerciale française.

« L’agriculture et la pêche sont une chance pour l’Europe. Elles contribuent aux objectifs de l’agenda de Lisbonne, à la croissance durable de notre économie et
à l’emploi dans nos territoires ruraux ; la France est prête à être force de proposition et à prendre toute sa place dans les débats à venir sur
la PAC et la place de l’agriculture dans l’Union européenne » a déclaré Michel BARNIER.

Michel BARNIER a abordé avec le Commissaire BORG les questions d’actualité immédiate pour les professionnels français : la réouverture de la pêche
à l’anchois dans le Golfe de Gascogne, la gestion de la pêcherie de thon rouge après l’adoption au Conseil de Luxembourg des mesures de reconstitution de ce stock de poisson
ainsi que la nécessité de lutter avec encore plus d’efficacité contre la pêche illégale.

Au moment où l’Union européenne se dote d’une politique maritime, Michel BARNIER a dit sa conviction en l’avenir de la pêche en Europe et en France en affirmant que l’Union
Européenne doit, à la fois, assurer la préservation des ressources halieutiques et donner aux pêcheurs les moyens de conforter et de développer leur
activité économique.

« La France entend promouvoir une pêche durable qui contribue à la création de richesses et à la préservation des emplois dans les régions
maritimes et au-delà. » a déclaré Michel BARNIER

A l’occasion d’un entretien avec l’équipe du Commissaire DIMAS, Michel BARNIER a souhaité relancer le dialogue avec la Commission européenne sur le dossier Nitrates en
Bretagne.

« Dans le cadre d’une discussion constructive, j’ai appelé la Commission européenne à prendre en compte les efforts de bonne foi du nouveau gouvernement
français pour progresser avec les agriculteurs et les acteurs locaux dans le règlement de ce dossier » a déclaré Michel BARNIER.

www.agriculture.gouv.fr