2 juillet 2007, Rome – Aux termes d’un accord signé aujourd’hui par l’armée de l’air italienne et la FAO, le ministère italien de la Défense fournira à
la FAO des données météorologiques en temps réel, des produits et des services qui aideront cette agence des Nations Unies à améliorer les services
qu’elle offre aux pays en développement notamment en ce qui a trait au développement durable et à la protection de l’environnement.

La FAO utilisera les données pour renforcer ses propres capacités ainsi que celles de ses Etats membres dans la lutte contre les urgences mondiales (changement climatique,
désertification, déforestation, perte de biodiversité, etc.). Sa collaboration avec le “Stato Maggiore, Ufficio Generale per lo Spazio Aereo e la Meteorologia”(USAM), qui
est l’agence italienne fournissant les données, améliorera considérablement son efficacité en matière de suivi et de prévision des récoltes et
ce, au profit des pays les plus vulnérables.

Des données et prévisions météorologiques plus précises aideront aussi les agriculteurs à obtenir le meilleur des ressources en terre, eau et climat et
cela contribuera à stimuler la productivité de l’agriculture, de la foresterie et de la pêche dans leurs pays respectifs.

“La promotion et le développement de l’agrométéorologie vise à aider les pays en développement à renforcer leur production agricole et leur
sécurité alimentaire sans porter atteinte à l’environnement”, a déclaré M. Alexander M?r, Sous-Directeur général de la FAO responsable du
Département de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles.

M. M?r, qui a paraphé le protocole d’accord pour la FAO, a rendu hommage aux efforts déployés par le Bureau juridique de l’Organisation tout au long du processus de
négociation avec le “Stato Maggiore Difesa” qui devait déboucher sur l’accord. Il a également exprimé ses remerciements à l’USAM et au Centro Nazionale di
Meteorologia e Climatologia Aeronautica (CNMCA) de Pratica di Mare près de Rome, qui collaborera désormais plus étroitement avec le Centre de données climatiques de
la FAO.

Le Brigadier Général Massimo Capaldo, qui dirige le Reparto Meteorologia USAM, a paraphé le document pour le ministère italien de la Défense.

Une longue histoire

L’implication de la FAO dans des activités ayant trait aux prévisions climatiques ne date pas d’hier. En 1960, l’Organisation a signé le premier accord formel avec
l’Organisation météorologique mondiale (OMM) qui a donné naissance au “Projet d’agroclimatologie interagence” pour la promotion d’études agroclimatologiques dans des
régions où l’agriculture allait connaître de vastes développements.

En 1968, la FAO, l’OMM et l’Unesco ont établi le “Groupe interagence sur la biométéorologie agricole”, auquel s’est joint en 1972 le Programme des Nations Unies pour
l’environnement (PNUE).

Aujourd’hui, la FAO gère une base de données climatiques pour quelque 32 000 stations à travers le monde. Elle produit des cartes climatiques numériques, suit en
temps réel les conditions des cultures, établit des prévisions relativement aux récoltes et évalue l’impact agroclimatique sur les produits de l’agriculture,
des forêts et de la pêche.

www.fao.org